Le forfait mobilité durable : ce qui change vraiment en 2019

6 mars 2019
Velos

Tripler le nombre de Français qui utilisent le vélo pour leurs déplacements quotidiens, c’est la grande ambition du gouvernement à l’horizon 2024. Pour atteindre cet objectif, un plan vélo et un forfait mobilité durable ont été mis en place par le gouvernement.

Fin de parcours pour l’Indemnité Kilométrique Vélo

Non, le vélo n’est pas qu’un véhicule de loisir, c’est aussi un moyen de
transport, pour se rendre au travail par exemple. En France, il ne représente
que 3% des déplacements quotidiens, contre 10% en Allemagne et 28% aux
Pays-Bas… Comment pousser les Français à utiliser leur vélo pour se rendre au
travail ? Le gouvernement a présenté un plan vélo en fin d’année 2018. On y
retrouve plusieurs mesures concernant :
 les aménagements cyclables et la sécurité routière,
 la lutte contre le vol de vélo,
 les mesures d’incitation fiscales,
 la sensibilisation et la promotion de la culture vélo.
L’Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) devient le « forfait mobilité durable ».
Pourquoi ? Si elle a contribué au développement de la pratique du vélo chez les
salariés, la mise en œuvre de l’IKV était bien trop complexe pour les
employeurs.

Grenoble blog foto
Chamonix T10

Le mode d’emploi du forfait mobilité durable

Les employeurs auront désormais la possibilité de financer une part des déplacements domicile-travail à vélo de leurs salariés. Ceci, jusqu’à 400€/an dans le privé et 200€/an dans le public (forfait généralisé auprès de tous ses 2 agents à partir de 2020) en franchise d’impôt et de cotisations sociales. Au-delà de l’augmentation du plafond (200€/an avec l’IKV), le gouvernement indique que l’enjeu principal est « l’appropriation simplifiée de ce nouveau dispositif par les employeurs ». Mais attention toutefois : le forfait mobilité durable n’est pas automatique, et reste facultatif pour l’entreprise. Pour en bénéficier, les salariés devront d’abord convaincre leur employeur.

Les autres mesures pour développer la pratique du vélo

Afin de favoriser l’accès au vélo en France, le gouvernement évoque également des mesures d’incitation fiscales :  Introduction du vélo dans le barème fiscal (au même titre que la voiture et le deux-roues motorisé)  soutien à l’achat de vélos à assistance électrique (y compris les vélos cargos à assistance électrique)  soutien à la mise à disposition de flottes de vélos par les entreprises (déduction dans la limite de 25 % des frais engagés) Au total, ce sont 350 millions d’euros qui seront alloués au fond national « mobilités actives » créé dans le cadre du Plan vélo. Pour que « Vélo, Boulot, Dodo » devienne enfin votre refrain quotidien !
Arroyo C7+

Blogs liés